Mes chroniques de la semaine # 29 – 2020

Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique qu’attachante, son besoin d’amour inextinguible. À l’aube des années 1960, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.

Dans cette BD de près de 300 pages, on découvre la vie de Cass Elliot, chanteuse de The Mama’s ans The Papa’s. Ce livre est remarquablement illustré par Pénélope Bagieu.

C’est au travers de ces dessins que l’on imagine le monde optimiste des sixties. Cass Elliot est un personnage bien dans ses baskets et haut en couleur. Elle est pétillante et pimpante et on sent qu’il dégage d’elle se besoin de plaire à tous et cela envers et contre tous.

Pénélope Bagieu nous fait ressentir son amour pour ce personnage et cela nous fait ressentir la même chose, celle d’une personnalité hors norme, et hors du commun.

Tout le long de ma lecture, j’ai passé de bons moments, on rit, on pleure, on sourit, on aime…

Allez une petite chanson pour la route. Je suis certaine que vous connaissez et cela peut importe la génération.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s