Mes chroniques de la semaine # 25 – 2020

New York. Zach est enfermé dans une cellule. Il paie sa dette à la société.
Londres. Hanna est enfermée elle aussi. Elle vit recluse dans son appartement, incapable d’en franchir le seuil.
Poussée par son psychologue, elle s’inscrit à un programme de correspondance avec des prisonniers et fait la connaissance de Zach, qui attire son attention dès les premiers mots. Et s’il lui offrait une liberté qu’elle pensait hors de portée ?

A New York, Zach est enfermé derrière les barreaux d’une prison. Il paie sa dette à la société.

A Londres, Hanna vit elle aussi en prison, des murs qu’elle a monté elle-même et qui l’empêche de sortir de chez elle.
Le psy d’Hanna lui propose donc une nouvelle épreuve, un programme pour correspondre avec des prisonniers, D’abord septique, Hanna se lance finalement même si elle ne s’attend pas à avoir de nouvelle. Mais la première lettre arrive et petit à petit, étape par étape, Hanna va réapprendre à vivre et grâce à ses lettres, Zach va entrevoir l’espoir d’un futur possible.
Au fil de leurs correspondances, leurs vies vont radicalement changer.

On ne peut pas refermer ce livre sans ressentir une tonne d’émotions. On est bercé d’espoir jusqu’à la dernière page, la dernière lettre. On se prend au jeu que Zach lance à Hanna. On voyage, on s’accroche, on découvre, on apprend, on aime tout simplement.

C’est dans l’espoir que naissent les belles histoires…

« Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais » Oscar Wilde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s